FJK 013

Brueghel L'ancien Pieter (ca. 1525-1569)

Paysage alpin

1555-1556
237 x 360 mm

Médium
Plume, encre sépia et encre grise sur papier vélin

Ancienne inscription peu lisible et date, en bas, à droite "bruegel 155(?)6"
Au verso, frottage à la sanguine, avec une étude très effacée à l'encre, d'un flanc de montagne escarpé.

Provenance

Collection Duc de Devonshire, Chatsworth, no 1092
Vente "Old Master Drawings from Chatsworth" Christie's, Londres, 3 juillet 1994, no 50 (comme Pieter Bruegel l'Ancien)
Collection Jan Krugier, Monaco, JK 3906
Fondation Jan Krugier

Bibliographie

TOLNAY Charles de, Three Unnoticed Drawings by Pieter Bruegel, Old Master Drawings, X, December 1935, pp. 37-39, pl. 38;

TOLNAY Charles de, Die Zeichnungen Pieter Bruegels, Rascher Verlag, Zürich, 1952, no 19;

MUNZ Ludwig., Bruegel, the Drawings, Complete edition, Phaidon Press, Londres, 1961, no 16 ; verso no 17, fig. 1;

MIELKE Hans, Pieter Bruegel d.A. als Zeichner, Herkunft und Nachfolge, 1975, mentionné sous le cat. n° 53 (comme "vermutlich Roelant Savery");

OBERHUBER Konrad, Bruegel's Early Landscape Drawings, Master Drawings, 19, 1981, p. 148;

MIELKE Hans, Pieter Bruegel. Probleme seines zeichnerischen Oeuvres, Jahrbuch der Berliner Museen, 1991, p. 140;

MIELKE Hans, Pieter Bruegel. Die Zeichnungen, Brepols, Belgique, 1996, no A.7, pp. 76-77 ; repr. p. 203 (comme "vermutlich ? Roelant Savery").

Expositions

Los Angeles County Museum, Prints and Drawings of Pieter Bruegel the Elder, 1961, no 102;

Manchester, Between Renaissance and Baroque, European Art 1520-1600, 1965, no 276;

Kupferstichkabinett, Staatliche Museen zu Berlin - Preussischer Kulturbesitz, Berlin , Linie, Licht und Schatten. Meisterzeichnungen und Skulpturen der Sammlung Jan und Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 29.05 - 01.08.1999, cat. 34, p. 82 ; reproduction couleur p. 83;

Peggy Guggenheim Collection, Solomon R. Guggenheim Foundation, Venise, The Timeless Eye. Master Drawings from the Jan and Marie-Anne Krugier-Poniatowski Collection, 03.09 - 12.12.1999, cat. 39, p. 92 ; reproduction couleur p. 93;

Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid, Miradas sin Tiempo. Dibujos, Pinturas y Esculturas de la Coleccion Jan y Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 02.02 - 14.05.2000, cat. 36, p. 104 ; reproduction couleur p.105 ;

Musée Jacquemart-André, Paris, La Passion du Dessin. Collection Jan et Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 19.03 - 30.06.2002, cat. 36 p. 96; reproduction couleur p. 97 ;

Fondation Balthus, Rossinière/Suisse, Balthus. La Magie du paysage, 02.07 - 17.09.2006, cat. 30, p. 58 ; reproduction couleur p. 41 ;

Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, Munich, Das Ewige Auge - Von Rembrandt bis Picasso. Meisterwerke aus der Sammlung Jan Krugier und Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 20.07 - 07.10.2007, cat. 36, p. 88; reproduction couleur p. 89.

Notes

Notes (1)

Selon Hans Mielke, ce dessin serait plus vraisemblablement de la main de Roelant Savery (1576-1639). L'ancienne attribution à Pieter Brueghel l'Ancien souhaitée par Jan Krugier a été conservée pour l'instant.

 

Notes (2)

C'est l'identification par Hans Mielke d'un filigrane dans le papier d'un paysage intitulé La Vallée du Rhin supérieur, conservé à la Pierpont Morgan Library (inv. n°1952.25) et précédemment attribué à Pieter Bruegel l'Ancien, qui a entraîné une révision complète de l'attribution et de la date du dessin. Le filigrane qui apparaît après la mort de Bruegel, vers 1585-88, est courant au cours du XVIIe siècle (Mielke, 1991, pp. 137-47).

Cette découverte a bien évidemment des conséquences pour tous les autres dessins attribués à Bruegel et stylistiquement proches de la feuille de New York, y compris celle-ci authentifiée par Tolnay en 1935 (Tolnay pp. 35-9). Parmi les caractéristiques communes de ces dessins, on retrouve les mêmes motifs que ceux utilisés par Bruegel dans ses gravures de paysage. Dans la feuille Krugier-Poniatowski [Fondation Jan Krugier], les formations de rochers sur la gauche, les collines, les groupes d'arbres et même d'infimes détails comme les chamois sont strictement repris à la partie gauche du paysage Insidiosus Auceps.

En revanche, dans les dessins de la main de Bruegel pour ses grandes gravures, les motifs sont en sens inverse. Mielke conclut que la feuille Krugier-Poniatowski [Fondation Jan Krugier] présente un ensemble de motifs tirés de la gravure de Bruegel Insidiosus Auceps. Il est évident que la gravure a servi de modèle comme le prouve le sens des hachures des rochers sur la gauche, caractéristiques du style de Bruegel. D'autre part l'aspect statique de ce dessin est éloigné de la liberté des lignes de Bruegel.

Mielke propose une attribution à Roelandt Savery (1576-1639), dont l'une des caractéristiques était de composer ses paysages non pas d'après nature, mais d'après diverses sources fort éclectiques. Le point de vue en hauteur, qui permet au regard de plonger dans la vallée conforte cette hypothèse. L'artiste a créé un panorama ouvert du premier à l'arrière-plan, contrairement à Bruegel, qui surcharge le milieu de la composition avec des groupes de personnages et des buissons. D'autres détails stylistiques sont proches de ceux de Savery: des arbres ronds éparpillés sur la droite dont le centre le centre blanc est entouré de fortes lignes horizontales et de petits points (cf. Mielke, 1991, p. 133 et 1996, p. 74).

La date sur la feuille est difficile à lire aujourd'hui. Tolnay (1952, p. 59) avait déchiffré 1555 et la considérait comme une inscription postérieure, ce que contredit Münz (1961, n°16), qui évoque le mauvais état du papier. De son côté Mielke cite une photographie sur laquelle on lit clairement 1556.

L'enduit à la sanguine, au verso, indique que l'image devait être transférée avec un stylet (Münz, 1961, n°16). Cette technique nécessite un instrument pointu en bois, ivoire ou métal pour déterminer tous les contours (Meder, 1919, pp. 536f). Comme il n'y a aucun signe de pression ou de déchirure occasionnée par une pointe, le transfert n'a pas eu lieu. Au verso, une étude de rocher à l'encre rappelle exactement la moitié gauche du recto (Münz, 1961, n°17, ill.).

Malgré toutes les preuves qui ont contribué à réviser l'attribution de ces dessins, dont la feuille Krugier-Poniatowski [Fondation Jan Krugier], Mielke reste convaincu de l'extraordinaire qualité de cette dernière: "Il est évident qu'un artiste d'une génération postérieure a pu réunir tous les éléments de succès d'un prédécesseur, avec tant d'habilité et de talent (...), que son œuvre suscite l'admiration du public, auquel l'auteur que je suis ne fait pas exception."

Roger W. Rearick, La Passion du Dessin, Musée Jacquemart-André, Paris 2002, p. 96

Demande d'information/de prêt

La Fondation Jan Krugier se consacre au rayonnement de la collection de dessins en prêtant régulièrement des œuvres pour des expositions. Les demandes de prêt devront comporter une présentation complète du projet.