FJK 064

Il Guercino (Giovanni Francesco Barbieri dit) (1591-1666)

Jeune Soldat avec une arquebuse, quittant son père (?)

Vers 1640 selon Denis Mahon
266 x 354 mm

Technique
Plume, encre brune et lavis brun sur papier filigrané (type picard 1978, no V : 181-361 (non identifié)

Estampille de la Collection John Bouverie (Lugt 325), en bas à droite

Provenance

Collection Casa Gennari
Collection John Bouverie (vers 1722/23-1750)
Collection Mr. Harvey
Collection Charles 1er Comte de Gainsborough
Collection Révérend Conrad Noel
Collection Révérend Cyril Putteril (par descendance)
Vente Christie's, Londres, 27 novembre 1973, lot 258
Collection particulière
Vente Christie's, Londres, 6 juillet 1982, lot 41
Collection Jan Krugier, Monaco, JK 3553
Fondation Jan Krugier

Expositions

Kupferstichkabinett, Staatliche Museen zu Berlin - Preussischer Kulturbesitz, Berlin, Linie, Licht und Schatten. Meisterzeichnungen und Skulpturen der Sammlung Jan und Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 29.05-01.08.1999, cat. 30, p. 74; reproduction couleur p. 75.

Peggy Guggenheim Collection, Solomon R. Guggenheim Foundation, Venise, The Timeless Eye. Master Drawings from the Jan and Marie-Anne Krugier-Poniatowski Collection, 03.09-12.12.1999, cat. 49, p. 112; reproduction couleur p. 113.

Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid, Miradas sin Tiempo. Dibujos, Pinturas y Esculturas de la Coleccion Jan y Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 02.02-14.05.2000, cat. 49, p. 130; reproduction couleur p. 131.

Musée Jacquemart-André, Paris, La Passion du dessin. Collection Jan et Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 19.03 - 30.06.2002, cat. 45, p. 114; reproduction couleur p. 115.

Hypo-Kulturstiftung, Munich, Das Ewige Auge - Von Rembrandt bis Picasso. Meisterwerke aus der Sammlung Jan Krugier und Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 20.07 - 07.10.2007, cat. 51, p. 118; reproduction couleur p. 119.

Notes

Cette feuille capitale enrichit l’œuvre graphique, déjà importante, du Guerchin. Alors que généralement la plume de l’artiste décrit des courbes saccadées, les contours des personnages de cette scène sont plus doux et élégants. L’usage du lavis apporte un effet tridimensionnel grâce à la présence d’une large palette qui va d’une encre parfaitement diluée à une autre totalement opaque. Les petits traits décrivant le bonnet et la barbe du vieil homme sont plus délicats que d’habitude. [...]

Le Guerchin use également des contre-jours sur le visage, à l’image du Hollandais [Rembrandt], comme dans l’Autoportrait qui date de 1633, soit peu avant l’exécution de ce dessin, si l’on accepte la date proposée par Denis Mahon, à savoir 1640. Le Guerchin peut aussi avoir subi l’influence de la figure du Christ, vue en partie à contre-jour, de la Résurrection de Lazare (1632) et son intérêt pour Rembrandt est bien connu. Dans une lettre datée de 1660, il célèbre le goût et la technique des gravures du maître hollandais (cf. Salerno, 1988, p. 11).

D’un autre côté, il expérimente les contrastes d’ombre très tôt dans sa carrière, comme l’illustre Le Retour du fils prodigue (Rome 1619). Il est important de noter qu’un saint Jérôme, probablement dessiné dans les années 1620, montre le même réseau de hachures, une même élégance de lignes atypiques, des hésitations sur les mains et surtout la même variété d’intensité de lavis (cf. Mahon/Ekserdjian, 1986, n°38) ; les doigts peuvent êtres comparés avec ceux de Joseph de la collection Mahon (cat. exp. Cento, 1967, n°40 pl. 43).

On trouve un intérêt identique pour les jeux de lumière chez les peintres caravagesques d’Utrecht et particulièrement dans l’œuvre de Terbrugghen, que rappellent la figure de profil et le vêtement de l’homme (cf. Esaü vendant son droit d’aînesse, collection Thyssen-Bornemisza, cat exp. Utrecht/Brunswick, 1986-1987, n°26 ; une autre version est conservée à la Gemälde galerie de Berlin, cat. 1982). Le chapeau et la plume rappellent Rembrandt et son goût prononcé pour l’orientalisme. On trouve un exemple dans l’Autoportrait de 1634 (B. 23). Le Guerchin réutilise ce même chapeau à plusieurs occasions dans ses tableaux : on le trouve inversé dans un dessin, dont on ne connaît que la copie gravée (cf. Bagni 1990, Repertorio 28) et dans un autre cas le modèle ressemble à notre dessin (cf. Mahon/Turner 1989, n°304 ; Bagni 1990, 167-9, David avec la tête de Goliath, Fogg Art Museum, Cambridge, 1965.385 ; Stone 1991, n°28).

Des groupes de deux ou trois demi-figures, quelle que soit leur ressemblance avec ceux dépeints par les caravagesques, sont parmi les favoris du Guerchin, ainsi que les formats de composition, que ce soit en tableaux ou en dessins. Dans certains cas, on retrouve le même duo : vieil homme barbu face à un jeune homme, comme l’illustre l’un de ses sujets favoris, Le Retour du fils prodigue, auquel il applique des contre-jours dans les zones importantes (cf. Salerno, 1988, n°57 et 120, Kunsthistorisches Museum, Vienne, et Galerie Borghese, Rome).

Dans Samson apportant un gâteau de miel à ses parents, conservé au Chrysler Museum de Norfolk en Virginie, le visage de Samson est entièrement dans l’ombre et celui de son père à moitié éclairé (cf. Salerno, n°110 ; Stone, n°104). Sémiramis recevant un messager pendant sa toilette, dessiné selon le style du Guerchin, montre des ombres et des orbites identiques (cf. Mahon/Turner, n°114).

Le type du vieil homme se retrouve aussi dans une des figures de Suzanne (cf. Stone n°204) et le détail du chapeau dans Caton prenant congé de son père (cf. Mahon/Turner, n°87).

Le sujet de ce dessin n’a pas pu être déterminé. La présence d’arquebuses exclut toute référence biblique. Par ailleurs, on retrouve des armes à feu dans quelques dessins du Guerchin dont l’Altercation domestique (Stone, 1991, n°83) ou la Tentative d’assassinat sur saint Charles Borromée (Mahon/Turner, 1989, n°183).

Matthias Weniger, La Passion du Dessin, Musée Jacquemart-André, Paris 2002, p. 114

Demande d'information/de prêt

La Fondation Jan Krugier se consacre au rayonnement de la collection de dessins en prêtant régulièrement des œuvres pour des expositions. Les demandes de prêt devront comporter une présentation complète du projet.

Museum of Fine Arts, Budapest, Hongrie (27 octobre 2022 - 19 février 2023)

El Greco in Budapest

El Greco (Domenikos Theotokopoulos) - Saint Jean Baptiste (i) ; Saint Jean l'Evangéliste (ii)