FJK 005

Bassano Jacopo (Jacopo da Ponte dit) (1510/18-1592)

"Le Bourreau" d'après Le Titien

1568-1569
270 x 310 mm

Médium
Pierre noire, sanguine, rehauts de craies de couleurs sur papier bleu, devenu couleur sable

Provenance

Collection John Skippe (pre-1958), par descendance à
Collection Edward Holland Martin, Londres
Vente Christie's, Londres, 21 novembre 1958, partie du lot 220
Seiferheld Gallery, New York (1958-1961)
Collection Mrs. Charles Goldman, New York et Montreal
Vente Christie's, New York, 23 janvier 2002, lot 2
Collection Jan Krugier, Monaco, JK 5999
Fondation Jan Krugier

Bibliographie

POPHAM A.P., Catalogue of the Skippe Collection, 1958, n° 220B, p. 155;

VAN SCHAACK Eric, Master Drawings in private collections, Lambert-Spector, Inc., New York, 1962, cat. 18, p. 73 ; repr. n/b;

REARICK W.R., Jacopo Bassano. 1568 - 1569, Burlington Magazine, CIV, 1962, p. 525;

REARICK W.R., Jacobus a Ponte Bassanensis, Bassano del Grappa, 1989, III, no. 1;

REARICK W.R., Il disegno veneziano del Cinquecento, Milan, 2001, p. 155.

Expositions

Seiferheld Gallery, New York, Bassano Drawings, Février 1961, n° 1 (texte de W.R.Rearick);

The Isral Museum, Jerusalem, The Promised Gift Exhibition, 1985 (prêt de Mrs. Charles Goldmann, New York);

Musée Jacquemart-André, Paris, La Passion du Dessin. Collection Jan et Marie-Anne Krugier-Poniatowski, 19.03 - 30.06.2002, cat. 31, p. 86 ; reproduction couleur p. 87.

Notes

Suivant l'avis de Bernard Berenson, Popham considérait ce dessin comme une copie par Federico Barocci d'après Le Martyre de saint Pierre peint par Titien (autrefois dans l'église SS. Giovanni e Paolo, Venise). Le présent auteur l'attribue à Jacopo Bassano, d'après Titien. Il estime qu'il s'agit d'une première étape pour La Flagellation du Christ conservée à la Galleria dell'Accademia de Venise et datant des années 1568 (1961, 11962). Jacopo Bassano avait, en effet, pour habitude d'étudier minutieusement tous les tableaux des maîtres qui lui permettaient de multiplier ses expériences afin de poursuivre sa constante recherche esthétique.

Le Martyre de saint Pierre du Titien l'a certainement beaucoup inspiré puisqu'il a reproduit dans son esquisse la puissante torsion du bourreau de ce maître-autel. Si Bassano se rendit à Venise à l'automne 1568, son attirance pour le personnage cruel du bourreau devait aussi avoir une autre raison. Il avait reçu la commande d'une Flagellation du Christ de format horizontal (Galleria dell'Accademia, Venise) et devait trouver une formule pour le personnage vu de dos et flagellant le Christ. Le bourreau du Titien étrenne ce geste violent, mais il est vu de face. En faisant pivoter la figure, Bassano pouvait de plus déguiser sa source. Le fusain est aussi le moyen le plus économique pour cette tâche. Dans son dessin, il recourt également à sa technique favorite, les craies de couleur, afin d'évoquer le choc des tonalités rouge, marron et blanc que l'on retrouve dans le tableau du Titien. On peut imaginer que de telles esquisses d'après Titien, exécutées rapidement et avec assurance grâce à ce médium, ont dû exister en nombre conséquent. Or, c'est l'unique témoignage de ce genre à nous être parvenu et ceci est tout à fait remarquable.

De retour chez lui, Jacopo Bassano a étudié ce dessin ainsi que d'autres exemples similaires avant de commencer son projet peint. Sur une feuille de papier bleu, il a dessiné son concetto, avec différentes craies de couleur (National Gallery of Art, Washington D.C., inv. 1980) pour La Flagellation du Christ. C'est la première de ses célèbres études pour des compositions picturales.

La figure de Titien a été très largement modifiée, mais la position de la chemise sur les épaules est identique à celle du tableau de l'église SS. Giovanni e Paolo. Il y apposa par la suite la date "1568/da agost 1". Sans doute insatisfait par la composition, Bassano la réétudia sur une autre feuille de papier bleu devenue beige (collection privée, Paris) ; en retravaillant le visage du Christ et le corps du bourreau, il revient à la silhouette vue de face de Titien. Prêt à passer sur la toile, il peint ensuite son tableau dans les tons dorés et bruns, typiques de sa palette des années 1568.

W.R.Rearick, La Passion du Dessin, Musée Jacquemart-André, Paris 2002, p. 86

Demande d'information/de prêt

La Fondation Jan Krugier se consacre au rayonnement de la collection de dessins en prêtant régulièrement des œuvres pour des expositions. Les demandes de prêt devront comporter une présentation complète du projet.